EN

VOIR

PLUS

le Guide de la B.O

LES MÉTIERS DE LA MUSIQUE DE FILM
Liste

-
- / /

Voici une énumération de quelques métiers incontournables liés à la BOF.

Agent : personne chargée de représenter l'artiste. L'agent a pour rôle de chercher des projets intéressants pour l'artiste qu'elle représente, de le promouvoir et d'effectuer toutes les démarches juridiques nécessaires (négociation des contrats). On peut distinguer deux grandes agences d'artiste en France pour les compositeurs de film : Artmedia, agence généraliste et prestigieuse, qui représente Philippe Rombi, Bruno Coulais, Alexandre Desplat, etc., et Diesis Music, qui représente Cyrille Aufort notamment.

Chef d'orchestre : le chef d'orchestre est souvent connu comme celui qui manie la baguette (pour l'anecdote cette dernière est ce qui reste de l'archet du 1 er violon solo, qui autrefois dirigeait l'orchestre) avec dextérité et fougue afin que tous les interprètes jouent ensemble. Mais son travail consiste essentiellement à faire répéter l'orchestre et à imprimer de sa vision l'interprétation que celui-ci fait de l'ouvre. En musique de films, le travail de répétition est réduit au strict minimum. Le London Symphony Orchestra a besoin de deux ou trois répétitions seulement.

Compositeur : on peut dire qu'en général le compositeur est la personne qui « imagine » la musique. Pour être considéré comme compositeur, un musicien n'a finalement qu'à concevoir, concrètement ou non, une séquence de sons. L'écriture sur papier, la réalisation sonore de l'idée n'est finalement pas un préalable à l'activité de composition. Peut donc être considéré comme compositeur du film un réalisateur qui ne fait que siffloter sa mélodie à des orchestrateurs, puis donner des directives pour sa réalisation. Charlie Chaplin en est le meilleur exemple.

Consultant musical : personne chargée de recruter le compositeur, d'assister ce dernier, de rechercher et de négocier les musiques additionnelles. Il peut également organiser l'enregistrement, et négocier l'exploitation phonographique de la musique du film. 
>> Lire le cas de Mark Hillman

Contractor : personne chargée de recruter les instrumentistes.

Copiste : personne qui établit toutes les partitions nécessaires à l'interprétation de la musique : conducteur et partition instrument par instrument .

Distributeur : entreprise qui vend aux détaillants pour le compte de l'éditeur les exemplaires de l'ouvre fabriquée en série (Ex : Universal, Warner, etc.). Les CDs sont toujours en dépôt vente, comme dans l'industrie du livre. Si les exemplaires ne se vendent pas, le détaillant peut les retourner au distributeur, ou au label dans le cas de ventes directes. La commission de distribution est généralement de 25 à 35 %.

Editeur : l'éditeur est historiquement l'entreprise ou la personne physique en charge de la fabrication en série des partitions graphiques (exemple : Leduc). Néanmoins, avec l'arrivée des techniques d'enregistrement, l'édition musicale recouvre également la fabrication en série des supports d'écoute (CD, DVD musical, SACD, Vinyle, Cassette audio, etc.) (exemple : Milan, Naïve, etc.). L'éditeur est légalement chargé de la synchronisation des ouvres inscrites dans son catalogue.

Ingénieur-Son. Le travail sur le son regroupe des activités très diverses : la prise de son lors de l'enregistrement (placement des micros en fonction des instruments, de l'acoustique et de l'effet désiré), le mixage « live » (légères corrections apportées sur la console pendant l'enregistrement), le montage (ajustement des différentes prises, coupes, synchronisation des différentes parties, etc.), mixage (qui consiste à donner du relief à l'enregistrement, à trouver un équilibre sonore entre les différents instruments afin que le résultat soit homogène et beau à entendre. Ce travail, qui demande une bonne oreille, un goût sûr et une maîtrise parfaite des effets applicables à un enregisterment, est un travail minutieux, très proche d'une création artistique. Le mixage traduit des choix esthétiques de la part de l'ingénieur son et peut changer radicalement un enregistrement ; il peut s'accompagner d'un travail de sound-design chez certains), le pré-mastering (mise à niveau sommaire des différents morceaux, étape très accessoire), et enfin le mastering (égalisation et mise à niveau approfondie des morceaux une fois mixés. Cette tâche, réalisée sur une écoute dite « plate » est la dernière étape avant la fabrication d'un disque en série et est toujours réalisée par un autre ingénieur son que celui qui a mixé la musique)

Orchestrateur : son rôle est sujet à polémiques. Pour certains la présence de l'orchestrateur est la garantie que le résultat sera de bonne qualité, et ceci dans un délai très court. Pour d'autres, la présence d'un orchestrateur est le signe d'une défaillance du compositeur. La fonction d'orchestrateur est pourtant vieille comme le monde, et même les plus grands maîtres de la musique classique ont eu recours à ces « techniciens du son ». Dans le pire des cas, l'orchestrateur est un musicien qui instrumente et charpente toute la musique imaginée par le compositeur selon des canons prédéfinis. A Hollywood, des « bibles » recensent des méthodes d'orchestration en fonction de la tonalité générale demandée. Mais le plus souvent le rôle de l'orchestrateur est de répartir entre les instruments de l'orchestre l'harmonie et la mélodie que le compositeur présente sous la forme d'une réduction pour piano, avec des indications sommaires d'orchestration. L'orchestrateur peut également s'assurer de la jouabilité des partitions, équilibrer l'orchestre symphonique en doublant certaines lignes instrumentales par d'autres, quantifier le nombre d'instruments, proposer des techniques d'interprétation, etc.

Sur une musique de films le nombre d'orchestrateurs varie selon les productions et la rapidité d'écriture du compositeur,. En France, le compositeur a le plus souvent un seul orchestrateur, rarement plus. Aux Etats-Unis on peut compter jusqu'à une douzaine d'orchestrateurs. Trevor Jones et plus significativement Remote Control (nouveau nom de Media Ventures, studio fondé par Rifkin et Zimmer), habitué à des délais de production extrêmement courts, s'entourent régulièrement d'une dizaine de ces musiciens de l'ombre. En général, la présence d'orchestrateurs, le plus souvent en nombre, est exigée par la production du film. Certains compositeurs français expatriés aux Etats-Unis comme Delerue ont du fermement batailler pour obtenir le contrôle de leurs orchestrations.

Label : catalogue. Un éditeur peut avoir plusieurs labels. Le secteur musical a néanmoins pris l'habitude de confondre le mot label et le mot éditeur.

Producteur exécutif : personne qui gère matériellement la production de la musique. Peut-être le consultant musical.

Producteur : personne qui finance l'enregisterment du Master. En musique de films, il s'agit généralement du producteur du film. Mais il arrive de plus que en plus souvent que le compositeur soit également coproducteur.

Programmateur : sound-designer spécialisé dans le paramétrage du son synthétique. Il consiste à imaginer des sons synthétiques ou qui imitent des instruments acoustiques, et à les programmer, le plus souvent en MIDI. Son travail est donc à la fois celui de sculpteur de son et d'artiste interprète. Le programmateur a beaucoup d'importance en musique de films, où l'imitation de l'orchestre est devenue un moyen très pratique de réduire les coûts de production. Avec le home-studio, la profession de programmateur a tendance a disparaître : c'est le compositeur qui programme aujourd'hui les sons qu'il utilise. Frederick Rousseau assurait cette tâche pour Vangelis. Le son synthétique et ample qui caractérise le célèbre compositeur de films grec, est donc en réalité l'ouvre d'un technicien français, devenu aujourd'hui compositeur.

Société de gestion de droit : société chargée de collecter les droits de propriété intellectuelle (droits voisins ou droits d'auteur) et de les répartir entre les personnes concernées. En France, dans le domaine musical, c'est la SACEM et la SDRM qui gèrent les droits des auteurs, et l'ADAMI (Si l'artiste-interprète a son nom au générique du film, sur l'étiquette du phonogramme ou du vidéogramme) ou la SPEDIDAM (dans le cas contraire) qui gèrent les droits d'interprètes.

Par Damien Deshayes

 

Nos Articles sur ce sujet

Vos avis