Calendrier des films Interviews  • Sorties de B.OCoups de coeurCritiques de B.O ActusCannes 2019

EN

VOIR

PLUS

Infos

 

Du 13 au 15 octobre 2005

Festival Musique & Cinéma d'Auxerre 2005
Auxerre,

auxerre - Publié le 20-10-2005
lai,serra,amar,reyes,morin, - Festival Musique & Cinéma d'Auxerre 2005


En octobre 2005 avait lieu la sixième édition du Festival Musique & Cinéma d'Auxerre dans l'Yonne, avec à l'honneur Francis Lai et Eric Serra. C'était le premier événement du genre couvert par Cinezik, voici un condensé des articles parus sur le site à l'époque.

SOMMAIRE

Conférence de Francis Lai

Conférence de Eric Serra

Conférences MIMPI autour des questions économiques sur la musique de film

Une visibilité aux jeunes talents

Palmarès et cérémonie de clôture

Francis Lai, compositeur romantique ?

Conférence musicale exceptionnelle avec Francis Lai.

Francis Lai a pu lors de cette conférence parler de sa collaboration avec Claude Lelouch ou encore de sa phobie pour les avions qui l'empêcha de s'installer aux Etats-Unis. C'est d'ailleurs pour cela que Lelouch a dû prendre Michel Legrand pour composer avec Lai Les uns et les autres: Legrand composa quant à lui la partie située aux Etats-Unis.

Francis Lai se définit comme un compositeur romantique et revendique sa totale liberté, sans compromis.

Cette conférence s'est conclue par cette dernière phrase dite par le compositeur d'Un homme et une femme : "La musique, c'est l'expression de l'inexplicable".

ENTRETIEN AVEC LE COMPOSITEUR

Rencontre musicale avec Eric Serra 

Au cours de cette conférence-débat, Eric Serra aborde sa vie de compositeur, son oeuvre et répond aux questions du public. 

Eric Serra a présenté au public son travail et son rapport à l'image, démontrant avec humour et décontraction comment il est passé de la musique jazz-rock à la musique symphonique, en mélangeant l'échantillonnage (rythmique faite de sons de cuisine dans NIKITA, ou voix de la Diva dans LE CINQUIEME ELEMENT) et les techniques traditionnelles.

Eric Serra a raconté comment il est arrivé à la composition: instrumentiste pour Pierre Jolivet, le bassiste, il a commencé à collaborer avec Luc Besson après que ce dernier ait été impressionné par les improvisations de guitare électrique. Une collaboration fructueuse et amicale qui dure depuis des années: leur fusion est totale; Luc et Eric sont rarement en désaccord. Le réalisateur, soucieux de laisser une place importante à la musique a même laissé Eric Serra remonter lui-même une scène d'ATLANTIS. Les compositions d'Eric Serra sont mixées très fort au point que sa musique est devenue un élément important du discours cinématographique, ce qu'on ne retrouvera pas dans GOLDENEYE, où les subtilités de sa musique n'apparaissent pas.

Le compositeur français insiste sur le fait qu'il n'existe pas de hiérarchie musicale, et les films qui ont été projetés lors de cette rencontre musicale (SUBWAY, NIKITA, LEON, GOLDENEYE, LE CINQUIEME ELEMENT) ont démontré l'éclectisme du parcours d'Eric Serra, compositeur qui réussit à servir un film sans jamais trahir sa personnalité musicale et son parcours atypique...

Ligne1

Conférence : « Quelle structure pour la filière musique et image ? »

Créé en 2004, le MIMPI est le seul marché professionnel entièrement dédié aux perspectives économiques et artistiques de la filière "musique et image". Débats, conférences et tables rondes, autant de moments de réflexion autour des problématiques et enjeux du secteur.

La table ronde a abordé essentiellement la question des synergies que l'on peut aujourd'hui observer dans l'économie musicale : l'émergence d'une approche protéiforme du marché de la musique, mise en relation avec d'autres domaines comme la publicité, le design sonore, etc... La synchronisation de musiques préexistantes a ainsi pris une très large part dans la politique des labels, qui peuvent ainsi valoriser leurs produits. Un large article sera consacré à ce sujet prochainement afin de condenser toutes ces informations disparates qui témoignent d'une diversification économique peut-ête salvatrice...

Ligne1

Conférences « Aide à la musique de film : bilan d'étape et perspectives » et « Un nouveau souffle pour la musique à la télévision »

A 15h30, une table ronde animée par Sophie Loubières, journaliste à France Inter, a fait le point sur les aides à la musique pour l'image. Celles-ci sont attribuées par le Centre National de la Cinématographie (CNC) et la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique (SACEM) afin de contribuer au financement de musiques originales pour le cinéma et la télévision. L'occasion de remarquer que les critères d'attribution de ces bourses restent encore très contestés : doit-on privilégier la qualité en attribuant les aides en fonction de l'intérêt artistique du projet, avec tous les risques d'arbitraire que cela comporte, ou doit-on privilégier l'égalité, en conservant le système actuel des aides automatiques, attribuées sur le fondement de critères objectifs ? Le débat n'est pas encore clos mais force est de constater que peu de bourses sont délivrées chaque année : l'information peine à circuler parmi les producteurs et les compositeurs, malgré l'action de l'UCMF, dont le rôle dans la création de ces aides n'est plus à démontrer.

Le débat a également glissé sur une discussion très vive à propos des producteurs de films qui ont une activité d'édition, certains voyant là une menace pour l'avenir des musiques de film, nécessairement sous-exploitées. Le débat reste ouvert.

Ligne1

Une visibilité aux "Jeunes Talents"

Le Festival d'Auxerre a innové cette année en proposant au public, avant le concert de Francis Lai, travaux imaginés dans le cadre d'une master-class initiée par la SACEM. Au terme de plusieurs jours d'échanges et d'exercices en tous genres, Laurent Petitgirard a dirigé les musiques de quatre compositeurs (Daniel Glet, David Reyes, Jocelyn Mienniel, , Vincent Stora), spécialement composées pour l'occasion afin d'accompagner un extrait du nouveau film de Francis Girod (sortie en avril 2006). Quatre compositions de 2 min.30, qui offrent au public plusieurs visions musicales, plusieurs façons de faire et constituent une approche intéressante et pédagogique de la musique de films.

Cinezik permet également de mettre en avant quelques jeunes talents. A l'occasion du Festival, nous avons souhaité promouvoir les compositeurs que nous soutenons, comme Pascal Lengagne, en compétition à Auxerre, Laurent Juillet, orchestrateur de François Perony sur IL NE FAUT JURER DE RIEN et prochainement David Reyes, l'un des élèves de la master-class.

Nous saluons également l'initiative d'Armand Amar et de Symphonyfilms, rencontrés lors du festival et qui font beaucoup pour aider les jeunes compositeurs.
Symphonyfilms est une nouvelle entreprise crée par 2 compositeurs et un chef d'orchestre et qui propose aux compositeurs leur service en leur mettant à disposition un orchestre, une salle et une aide pour l'enregistrement d'une BO.

Ligne1

Cérémonie de clôture

 

Avant le concert de Eric Serra a été annoncé le palmarès de la manifestation. On peut retenir dans le palmarès du festival "Musique et Cinéma" le prix du public attribué à Zaina de Cyril Morin (Naïve), et le Grand Prix du jury (présidé par Jean-Marie Poiré) a été decerné à Habana Blues, le film espagnol de Benito Zambrano.
Il est aussi annoncé la création prochaine d'un collège européen de la musique de film afin d'établir des concerts à travers l'Europe et rassembler les aides en constituant un fond européen.

 

PALMARES DU 6ème FESTIVAL MUSIQUE & CINEMA D'AUXERRE

Catégorie Documentaire ayant une bande originale ou une musique synchronisée :

Prix :
À la recherche d'Orfeu Negro
Réalisation : René Letzgus et Laurent Tournois
Production : Star Production

Mention spéciale :
Des manchots et des hommes
Réalisation : Luc Jacquet et Jérôme Maison
Compositeur : Christophe Henrotte
Production : Bonne Pioche

Catégorie Documentaire de création musicale :

Prix :
Iznogoud / Jacques Davidovici
Réalisation : Jean-Marie Boulet
Compositeur : Jacques Davidovici
Production : Couleur Films

Mention spéciale :
La légende du Groove : Sam Moore
Réalisation : Patrick Savey
Interprète : Sam Moore
Production : Zycopolis

Le jury souligne également la qualité du documentaire « Musique et chants sur le no man's land », Making of musique du film « Joyeux Noël », de Christian Carion

Catégorie supports spécifiques et émergents :

Prix du clip:
Trouble Bubble
Interprète : Ginger Frolic
Production: V Music
Label: V Music
Réalisateur : Guillaume Colas

Prix du court-métrage:
La révolution des crabes
Réalisation : Arthur de Pins
Musique : Gérard Calvi
Production : Metronomic

Mention spéciale :
Murmures
Réalisation : Yann Béréhouc et Federico Garcia Mochales
Musique : Yann Béréhouc
Production : La compagnie numérique

Prix FCM du DVD:
Live Rokia Traoré
Réalisation : Gilbert Namiand
Interprète : Rokia Traoré
Édition : Tâma et Label Bleu

Prix spécial de l'émission musicale :
La Musicale
Canal +
Programmateur : Stéphane Saunier
Réalisateur : Don Kent
Producteur : SDP Séquence
Présentation Emma de Caunes

Reportages et comptes-rendus : Benoit Basirico, Damien Deshayes et Sylvain Rivaud
Photos : Sylvain Rivaud
auxerre - Publié le 20-10-2005

Vos avis